La Printanière à Villié-Morgon

Vers St JosephPour notre Printanière, sorte de reprise officielle de l’activité rando du club, nous avons décidé de reconnaître le 24km VTT/Trail de Beaujolais-Challenge, où nous serons co-organisateurs, pour la partie VTT, le 16 mai 2015 à Villié-Morgon. Le parcours a été tracé et pré-balisé par nos amis du Week-End Beaujolais.

En ce 22 mars, 3ème jour du printemps, on ne peut pas dire que la journée s’annonce radieuse.

Un bon vent du nord tente de disperser une importante couverture nuageuse. Le ressenti n’est que de quelques degrés, mais, finalement, le soleil nous fait l’honneur de sa présence épisodique, et les menaces de pluie sont écartées, grâce à «la bise».

La plupart d’entre nous prend le départ en tenue d’hiver et nous la supportons bien. Bruno et Hervé font exception, encouragés par les promesses du calendrier, ils ne craignent pas la morsure de la «Bise».

Nous sommes 14 au rendez-vous à Villié-Morgon et la bonne humeur se lit sur les visages, sauf sur le mien: je suis le seul a avoir le parcours GPS et mon smart-phone, qui me sert à suivre les traces, est en panne. C’est pas de bol! Cela m’a valu les quolibets de mes camarades de jeu à propos des vieux (je frise la soixantaine) et des nouvelles technologies, vaste débat…

Et, bien que j’aie reconnu ce parcours un mois plus tôt, je suis bien en peine de faire appel à ma seule mémoire.

Heureusement, il y a eu un pré-balisage et Arnaud a pris la précaution d’imprimer le plan.

Nous nous lançons vers les 9h sur le fameux circuit: 24km et entre 650 et 700m de dénivelé positif (quelqu’un pourra-t-il m’expliquer ces différences de données entre les GPS et les logiciels de cartographie?).

En suivant un marquage à la peinture temporaire, nous sortons du village et nous retrouvons dans le vignoble du célèbre Morgon. Les ceps sont impeccablement taillés et attendent eux aussi le changement de saison.

Les hostilités se présentent très vite avec l’ascension du Mont Py. La mise en jambe est sans concession et, d’entrée, les moins aguerris (dont votre serviteur) mettent pied à terre et poussent le vélo. Dur!

Nous basculons ensuite sur une petite vallée avec un premier passage à gué sur la Morcille.

Les talus s’ornent de primevères sauvages et de violettes, les buissons se parent de boutons de fleurs blanches, et les apparitions du soleil donnent au paysage hivernal une lumière prometteuse. Pas de doute, le printemps arrive.

En attendant, nous devons affronter un vent de face glacial. Ceci dit, la pente que nous entamons nous réchauffe vite. À vouloir prendre quelques photos, je me retrouve derrière le groupe, largué. Heureusement, la philosophie VTTVB s’impose: on s’attend. Bruno me propose de prendre les photos, merci à lui. Mathias le fait aussi de son côté. Mathias, le plus jeune, est toujours devant, du moins quand il en a envie. Moi aussi, je serai devant quand j’aurai son age…

Après un 2ème gué, sur l’Ardevel cette fois, et après un regard sur le hameau de St Joseph et son église à deux clochers, nous nous élevons à la force des mollets en direction du Fût d’Avenas, via Fonds Bateaux. L’ascension est rude et il faut se résoudre à un peu de poussage sur une centaine de mètres dans la forêt. Nous traversons des hameaux et longeons quelques fermes et leurs élevages de bovins, ce qui nous fait des spectatrices; salut les filles!

Au Fût d’Avenas, c’est le soulagement. L’essentiel du dénivelé positif est derrière nous. Nous rejoignons rapidement un sentier descendant sur des terrasses naturelles rocheuses d’où on peut admirer la Vallée de la Saône et, par temps dégagé, la Chaîne des Alpes et le Mont Blanc. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, mais une petite halte avec photo de groupe accroche un sourire sur tous les visages.

printanière

De là, une descente technique, disons très technique par endroits, nous conduit au Col de Durbize.

Je récupère mon appareil photo et prends un peu d’avance pour faire quelques clichés des pilotes en action. Le chemin est truffé de pièges: ornières creusées par les orages, marches plus ou moins hautes parsemées de pierres roulantes (pas de mousse), bref, que du plaisir de pilotage VTT.

Hervé a dû se relever d’un «bunny-up inversé» (avec le vélo par dessus). En fait, il a perdu sa roue avant en pleine descente! Il a pu rentrer avec nous, à chaud, mais après consultation l’après-midi, le constat: une entorse à l’épaule avec 15 jour d’ITT… Et un casque à changer (toujours mettre un casque)!

Pour la dernière partie de cette descente, à l’arrivée sur le Col de Durbize, la maîtrise du trial s’impose. Nous la jouons tous «petits bras» en mettant pied à terre. C’est bon, on a passé l’age de débrancher le cerveau… Heu!… Disons que quelques lacunes en maniabilité, en début de saison, nous incitent à la prudence. Sauf pour Mathias, qui a tout descendu sur le vélo. Bravo Mathias!

Le retour se fait agréablement par de beaux chemins roulants, d’abord alternant vignes et sous-bois, puis de nouveau à travers le vignoble, jusqu’à Villié-Morgon. Merci à Arnaud qui, avec sa carte, nous a permis de nous orienter correctement dans certaines portions dénuées de marquage.

À notre arrivée, un mâchon convivial conclut cette sortie «printanière». L’occasion pour tous de commenter cette matinée de VTT ludique, comme on aime.

Merci à Jackie, Laurent, Jean-Rémi, Daniel, Philippe, Arnaud, Bruno, Vincent, Sylvain, Hervé, Mathias, Francis et Hubert pour m’avoir encouragé à poursuivre avec mon VTT sans assistance jusqu’au Fût d’Avenas!!!

Un prompt rétablissement à Hervé.

Alain

Pour voir les photos: c’est là.

2 commentaires

  1. J’ai 762m de D+.

    Bon rétablissement à Hervé

  2. Félicitations a Alain pour ses talents de narrateur .
    Bon rétablissement à Hervé ,les acrobaties c’est pas évident a un certain âge !!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *