Roules!

Le printemps est là. Maintenant plus d’hésitation: tu sors le VTT et TU ROULES!

Notre Beaujolais se réveille d’un hiver comme toujours un peu trop long. Ça y est, on peut remiser les cagoules, sur-chaussures et gants épais, revêtir une tenue plus légère et enfourcher le VTT pour savourer à nouveau le plaisir de pédaler au cœur de la luxuriante nature beaujolaise.

 

Au départ du parc de Hauteclaire, nous nous retrouvons plus nombreux, facilement une douzaine, pour se lancer sur les chemins pentus de Gleizé ou Limas, direction St Julien, Montmelas, Theizé ou Charnay, avant d’affronter des côtes plus sévères.

Les eaux de mars ruissellent de tous côtés, primevères et violettes se disputent la suprématie sur les talus, les pâquerettes s’ouvrent par millier dans une herbe plus verte (inutile d’aller voir ailleurs).

Et les zoiseaux… S’enivrer du chant des oiseaux au printemps, quoi de plus antidépresseur?

C’est le sourire aux lèvres que nous progressons sur nos VTT. Même en terrain humide, la boue semble moins collante que par temps froid. Le pédalage est plus fluide, plus facile. La respiration est libérée (ben oui: respirer à fond avec une cagoule et une tenue d’hiver qui t’engonce, c’est pas commode!). L’air emplit les poumons en douceur.

Dans le vignoble, les viticulteurs mettent les derniers coups de sécateur. Ici et là se perdent dans le ciel, de plus en plus souvent bleu, les fumées des feux de sarments. Les haies et buissons d’aubépine se couvrent de fleurs blanches au parfum envoûtant. Partout du jaune, du rose, du mauve, dans les arbres et arbustes. Les insectes pollinisateurs et les papillons font leur apparition.

Les animaux de ferme sont sortis. Les ânes et chevaux, vaches et moutons … tout occupés à brouter la bonne herbe nouvelle, nous ignorent, mais quel beau tableau.

Les paysages des Pierres Dorées deviennent lumineux et toute la souffrance endurée sur le vélo dans des côtes un peu (trop) raides s’en trouve effacée à la vue de ces panoramas.

       

Et quel plaisir de dévaler en groupe les chemins pierreux des hauts de Cogny, Ville-sur-Jarnioux ou Montmelas, les freins plus ou moins serrés. Au fil des sorties, et, la belle saison aidant, avec leur allongement, on (re)prend de l’assurance dans les descentes et le bonheur de rouler l’emporte bientôt sur l’appréhension. La prudence reste de mise, cependant. Il s’agit surtout de prendre le temps d’apprécier ce magnifique terrain de jeu à notre disposition.

À voir, le montage de Jérôme:

AD

Un commentaire

  1. Un grand merci à Jérôme pour ce beau montage vidéo, trop sympa de retrouver tous ces moments à travers les photos ! Et un bel article printanier, Alain !! A bientôt sur l’Octocôte !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *