En attendant le Printemps

Fin de saison.

Comme celles des vignes de notre cher Beaujolais, les feuilles de l’agenda VTT 2017 sont toutes tombées.

Notre Calad’Night VTT, bien qu’un peu fraîche pour une fin d’été, fut une réussite avec ses 230 participants(.es)… Et nous avons eu de bons retours de ces derniers(.es).Voir ici. Encourageant pour une édition 2018.

La Virade de l’Espoir de Frontenas reste un incontournable du début de l’automne. Allier la nécessité de la lutte contre la mucoviscidose avec le plaisir de rouler dans cette région des Pierres dorées, fut, cette année encore, un grand moment de pur VTT. Lire le récit.

Puis, deux randonnées mythiques, la Transbeaujolaise et les Cimes de Juliénas, ont clos comme chaque année cette saison d’automne.

Le bel été indien dont octobre nous a gratifié s’est achevé avec la Transbo. Ce fut un régal de rouler dans ce vignoble orangé avec les rayons de soleils qui éclairait ça et là les coteaux. Et le parcours était truffé de bonnes surprises ; les passages techniques et ludiques en forêt alternaient avec les panoramas à couper le souffle. Chaque année nos amis du Perréon réussissent à nous dépayser dans une région que nous connaissons pourtant bien (croyions nous…). Voir quelques photos.

Moins de chance au niveau météo pour les Cimes de Juliénas (voir site). Mais les parcours restent toujours de premier choix pour les vététistes exigeants. Je me souviens de l’année 2015 où cette rando m’avait bluffé par ses superbes paysages du Macônnais, Solutré et Vergisson. Voir ici des photos de 2015.

.

Pas d’hibernation.

Maintenant, l’hiver arrive et nous tenons à maintenir le plus possible nos sorties dominicales, bien que raccourcies en temps (départ à 9H00) et en distance ; mais pas forcément en dénivelés positifs. Plus de 920 m lors d’une sortie de 36 km au-dessus de St-Julien et St-Cyr-le-Châtoux et 765 m quand même pour une autre de même distance (merci Mikael), c’est ce que des nouveaux venus parmi nous, vététistes passionnés comme nous, ont pu apprécier. La récompense aux efforts sportifs exigeants du VTT dans les ascensions (mais on peut aussi pratiquer le VTTAE, moins violent), c’est bien sûr la beauté des panoramas du Beaujolais et aussi le bonheur de lâcher les freins dans de longues descentes qui donnent le sourire (même crispé, dans certaines portions un peu raides). Voir sur cette page.

Si la saison invite à la trêve, soyons sûrs qu’au moins quelques irréductibles VTTVB’s continueront à arpenter les sentiers, bravant froid et neige pour continuer à chercher les parcours magiques, encore et toujours à découvrir. Bien habillés dans nos tenues bleues, le bonheur de rouler en Beaujolais est intact même l’hiver. Voir vidéo.

 

 

 

 

 

 

 

AD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *